SOMMAIRE :

  • Quelles sont les causes de l’alopécie chez les femmes ?
  • Comment faire le diagnostic d’alopécie ?
  • Alopécie féminine : quels traitements et solutions ?

Quelles sont les causes de l’alopécie chez les femmes ?

Non l’alopécie ne concerne pas que les hommes. Les femmes, même jeunes, peuvent elles aussi être concernées. 16% d’entre elles en souffrent contre 50% pour les hommes.

L’accumulation de cheveux sur votre brosse vous inquiète car elle se renouvelle trop souvent ? Avant de paniquer, il faut en déterminer l’origine. “Les causes de l’alopécie sont multiples, et varient en fonction de l’âge, de l’état de santé, de carences, de la prise de certains médicaments ou de chocs psychologiques”, explique le docteur Rafaa, dermatologue à Paris et Chef du service de Dermatologie au Centre Hospitalier sud Francilien de Corbeil Essonnes.

L’alopécie androgénétique débute après la puberté, elle est parfois associée à des cheveux gras, de l’acné ou encore de l’hirsutisme. Elle se manifeste au sommet du crâne, et progressivement, les cheveux sont remplacés par des cheveux intermédiaires, puis par des duvets. Ce type d’alopécie se situe, chez les femmes, sur la zone frontale et occipitale.

La chute de cheveux réactionnelle est celle qui survient après un choc psycho-affectif important, un accouchement, une intervention chirurgicale, ou encore une perte de poids importante. Elle peut se résorber en 4 à 6 mois.

Il existe aussi ce qu’on appelle “l’Effluvium télogène chronique”. La cause est mystérieuse et se produit chez les femmes d’âge moyen. Elle évolue de manière irrégulière, avec des chutes de cheveux diffuses et souvent saisonnières.

“D’autres causes sont à l’origine d’alopécie : celles qui résultent des maladies de la thyroïde ou des maladies auto-immunes, ou encore d’une carence en fer, de traitements lourds type chimiothérapies, souligne le Dr Rafaa. Par ailleurs, deux cas particuliers s’ajoutent à cette liste : la pelade. C’est ce qu’on appelle une alopécie circonscrite, considérée comme une maladie auto-immune touchant les adultes et les enfants. Autre cas particulier la trichotillomanie. Elle désigne l’habitude d’arracher ou de tortiller ses cheveux avec ses doigts. Ce qui conduit à une alopécie. Elle touche 1 à 3% des adolescentes. Une proportion faible par rapport à un geste qui peut sembler anodin et qui pourtant occasionne de sévères pertes de cheveux.”

Comment faire le diagnostic d’alopécie ?

Pour remédier à la perte de cheveux, il existe de nombreux compléments alimentaires spécifiques sur le marché, mais mieux vaut envisager une consultation complète chez un dermatologue car il existe un risque de prendre un produit inadapté à son propre cas, faire le plein de vitamines dont on n’a pas besoin et négliger celles qui pourraient résoudre le problème.

La consultation doit prendre en compte plusieurs critères : les antécédents personnels ou familiaux, le régime alimentaire, le stress. Puis, le praticien va examiner le cuir chevelu, et exercer un test pour évaluer la chute. Dans certains cas, il effectuera un examen qu’on appelle “trichogramme” pour vérifier s’il s’agit d’une vraie alopécie ou d’une chute de cheveux chronique. “On peut également prescrire un bilan sanguin pour rechercher une anémie, ou un problème de thyroïde”, précise le dr Rafaa.

Alopécie féminine : quels traitements et solutions ?

Ce n’est qu’une fois le diagnostic précis posé qu’on peut adapter la solution. Pour une chute de cheveux aigüe ou chronique, les compléments alimentaires à base de vitamines B5 et de biotine sont les plus adaptées.

Pour les alopécies androgénétiques, le Minoxidil 2% et/ou l’acétate de cyprotérone (commercialisée sous le nom d’Androcure ou de Diane 35) sont en général prescrits. Certains dermatologues prescrivent aussi des injections de plasma riche en plaquettes (PRP) ou parfois des auto greffes.

Enfin en ce qui concerne la trichotillomanie, une prise en charge psychologique s’impose le plus souvent.

“En tout état de cause, si on a essayé des compléments alimentaires sans résultats tangibles, il vaut mieux faire appel à un spécialiste pour gagner du temps… Les effets des vitamines mettent du temps avant qu’un résultat soit obtenu… Donc plutôt que de passer des mois à faire des tentatives vaines, un examen permettra de prendre le traitement adéquat“, résume le dermatologue.

Lire aussi :

  • Se fait-on vraiment des cheveux blancs quand on stresse ?
  • Comment faire pour venir à bout des pellicules ?
  • Cuir chevelu : comment en prendre soin ?

The post Alopécie féminine : que faire ? first appeared on ProcuRSS.eu.

Menu